Haus am Gern, KlHaus, 2018, Foto / photo: Rudolf Steiner

KlHaus

1.12.2018-22.2.2022

Un projet de Haus am Gern

On trouve actuellement dans le jardin devant le Centre d’art Pasquart une petite maison, la «KlHaus».
Pendant trois ans, il s’agira de collectionner et de rassembler ici ce qui se passera dans un autre lieu situé à 800 kilomètres au plus au nord-est, ou plutôt, tout ce que cet autre lieu inspirera en terme de pensée d’image et de son.
Ce lieu se situe dans le cabanon d’un jardin familial à Leipzig.
Il a été installé par Haus am Gern en 2005 sous la forme d’une salle blanche, dans le cabanon de la parcelle 266 de l’Association des jardins familiaux d’Anger-Crottendorf. Il a ensuite été nettoyé selon la norme «EN ISO 14644 contamination control standard» de la société profi-con GmbH Contamination Control, spécialisée dans le nettoyage des salles blanches, puis scellé et déclaré par Haus am Gern «ESPACE NON-HISTORIQUE». C’est le seul espace de ce genre sur notre planète.

• Prof. Dr. phil. Jasper A. Friedrich construit l’«ESPACE NON-HISTORIQUE» à Leipzig virtuellement et tient un journal de jardin

www.hausamgern.ch

Actuellement @ KlHaus:

ZEITKONTAMINATION
Contamination par le temps
Installation, performance

by

Martin G. Schicht
formely known as Martin G. Schmid
17.8.– 25.10.2020

SA 19.09.2020

Présentation de la bible des filtres / rrr-Performance avec Martin G. Schicht

SO/DI 25.10.2020 – 15:30

Conclusion et entretien avec Martin G. Schicht, Beat Gugger et des invités

«Dans un espace, nous pouvons entrer encore et encore – dans un temps une seule fois. Nous ne sommes donc pas en même espace, nous sommes en même temps».
Martin G. Schicht
Au milieu du XIXe siècle, Bienne est devenue le centre de l’industrie horlogère suisse avec plus de 2000 fabricants. Non loin de Leipzig se trouve la ville de Glashütte en Saxe. En même temps, une nouvelle production de montres y a été développée, délibérément pour concurrencer l’industrie horlogère suisse et donc biennoise. Tout au long de l’histoire du chronométrage, ces lieux ont toujours rivalisé et coopéré. Pour l’un et l’autre, la numérisation du temps est le défi actuel.

Notre présent numérisé tient simplement le temps pour le temps. Le présent semble se développer de plus en plus. Ou comme l’appelle Alexander Kluge : l’attaque du présent sur le reste du temps. Historiquement, cependant, le temps a toujours été compris différemment. De nombreuses conceptions historiques du temps nous semblent aujourd’hui carrément aliénantes et, par conséquent, de nombreuses conceptions futures du temps nous perturberont également. Nous sommes exposés à cette irritation par une compréhension différente du temps, même si nous essayons de nous ancrer dans un présent permanent. Mais nous serons contaminés. Et parfois, nous le sommes déjà. La contamination par le temps.

Martin G. Schmid changera son nom en Martin G. Schicht pour le projet dans la KlHaus. Il a pris de la terre du jardin de l’espace non-historique de Leipzig pour l’apporter à Bienne. Car la terre est un très bon conservateur dans lequel les objets restent stables sur une très longue période de temps. C’est là que le projet commence. Par la suite, la KlHaus s’enrichit de diverses interventions : bible filtres numérique, motif numérique optique, patine numérique et analogique, irritation de l’espace, irritation du temps, rotation des aiguilles du temps de Bienne et de Glashütte, fouille archéologique d’art contemporain sur la prairie du Kunsthaus, enterrement dans la KlHaus, performance de terre, performance rrr – personnellement instruite par Martin G. Schicht.

Martin G. Schicht online : martingschicht.net

« DROMENON » – 72 drawings by TILO STEIREIF
4.7.– 16.8.2020

La série de 72 dessins Dromenon a été réalisée par Tilo Steireif durant la période de confinement en raison du Covid 19. «C’est pendant cette période que je me suis attaqué à un livre d’images mêlant  l’avant-garde du design et de l’art contemporain. En tournant les pages, j’ai eu l’impression d’un effacement total. Le design et l’art s’autodétruisaient littéralement : tout sens et toute interprétation s’effaçaient alors sous mes yeux.
M’apparaît alors la définition du mystère des anciens Grecs: le rôle simultané du mot, de l’image et du rituel, et ce mot inconnu: dromenon.
Selon Christopher Wood, Dromenon signifie l’acte, «la chose faite» aussi par opposition à l’image. Les 72 dessins produits et présentés sous forme filmée au KlHaus réifient le rituel du voir, de lire et tentent d’évoquer l’effacement de l’image et de l’acte dans un lieu symbolique. En 2005, le projet dans le jardin familial 266 à Leipzig avait lieu dans le contexte du SRAS. A présent, c’est celui du Covid 19.

Le Dromenon signifie (Wood 2012): « (…) une destination. Le mot a été emprunté à la religion grecque archaïque. Les Mystères avaient impliqué legomenon, deiknymenon et dromenon : mots, images et rites. Le mot dromenon est dérivé de dramein, courir. Mais dromenon, la course, ne désigne ni le verrou de l’avenir, ni la course pour rattraper l’histoire, ni la fuite panique, ni l’errance aléatoire, mais plutôt l’action répétitive du rituel. »
Ce n’est que par hasard que j’ai fait le lien à Aby Warburg et à son institut à Woburn Square au centre de Londres. L’Institut Warburg est le premier institut au monde pour l’étude de l’histoire culturelle et du rôle des images dans la culture selon la page internet. Il contient 78 panneaux noirs sur lesquels sont punaisées côte-à-côtes les chefs d’œuvres de la Renaissance, la visite un cardinal aux usines Fiat jusqu’à la publicité « Hausfee » vantant les mérites du papier toilette.»
Tilo Steireif, artiste, Lausanne

« Joyfulnoise Now » – a sound project by Hans Koch
8.– 28.6.2020

Concerts
14.6.2020, 17h
28.6.2020, 18h

Biel/Bienne est un bastion de la musique improvisée libre et un laboratoire pour la musique sans contrainte stylistique, la «Jetzt-Musik». Pour la taille de la ville, il y a un nombre étonnant de musiciens qui, avec leur propre style, explorent sans cesse de nouveaux territoires musicaux. Les deux musiciens Hans Koch et Martin Schütz avec leur extraordinaire Joyful Noise Orchestra, entre autres, en ont jeté les bases. Inspirés par la scène du centre-ville de New York, les deux musiciens ont commencé la série de concerts Joyful Noise en 1988 et ont ensuite fondé le Joyful Noise Orchestra (« 3 Nights Of Joyful Noise ») – une entreprise musicale radicale et une célébration de l’improvisation libre. Ce grand orchestre de 24 membres maximum se réunit tous les deux ans pour une frénésie ludique de trois jours, intuitive, collective et non hiérarchique. « Ce devrait être une musique folle, séduisante, sensible, exigeante, stimulante et, espérons-le, scandaleusement fantastique, sans oeillères stylistiques », disent Schütz et Koch. Avec cette musique librement inventée, Joyful Noise occupe l’espace et le temps d’une manière inouïe et inspire toute la ville.

Hans Koch joue chaque jour un court set au KlHaus. En son absence, on peut entendre un enregistrement historique d’un concert Joyful Noise et un fieldrecording intemporel de Hans Koch d’une durée de 15 minutes, des enregistrements arrangés de vent et de pluie et de sons locaux, enregistrés au Japon, en Chine, au Chili, en Croatie, en Serbie, à Vienne, à Biel/Bienne et sur son alpage dans l’Oberland bernois. Le joueur d’instruments à vent et compositeur Hans Koch vit à Biel/Bienne et fait de la musique dans le monde entier.

14.5.-7.6.2020

Tout non-sens s’annule

Pièce sonore: concept / montage du texte: Bernhard Kathan
Voix: Katrin Daliot
Affiche: Rapport d’autopsie D.P.Schreber

Bernhard Kathan, historien de la culture, écrivain et artiste d‘Innsbruck, traite de divers aspects du régime totalitaire. Les études approfondies de Kathan sur l‘avocat et écrivain Daniel Paul Schreber (1842-1911) de Leipzig trouvent leur forme artistique dans une pièce sonore à la KlHaus. Daniel Paul Schreber était le fils du chirurgien orthopédiste de Leipzig Moritz Schreber, l‘éponyme du mouvement Schreber ou des jardins familiaux, dont la méthode d‘enseignement brutale est considérée comme une pédagogie noire. La pièce sonore de Kathan est le soliloque fictif d‘une aspirante au tribunal régional supérieur de Dresde qui, après une conversation avec Daniel Paul Schreber, tente d‘ordonner sa vision confuse du monde.

27.1. – 15.3.2020

« JOURNAL (Session II) » – 877 MINUTES DE SILENCE

Résidence & Installation sonore et visuelle by Antoine Rubin

Pendant une semaine, l’écrivain Antoine Rubin reprend ses quartiers dans la Klhaus. Il poursuit le travail commencé lors de sa première session de résidence en juin 2019. Le temps passé sur place se traduit en journal qu’il augmente au fur et à mesure des jours avant de le restituer au visiteur. Si la saison estivale augurait une réflexion autour de la vie dehors avec un toit au-dessus de la tête, ce deuxième volet – hivernal cette fois-ci – amorce un mouvement de repli intérieur. Oscillant entre présence et absence, l’écrivain questionne la disparition au moyen des traces laissées derrière lui.

L’installation 877 MINUTES DE SILENCE conclut cette semaine de résidence. Ce mémorial recense les 877 espèces animales et végétales déclarées éteintes en janvier 2020 par l’union internationale pour la conservation de la nature. 1 minute de silence a été respectée pour chaque espèce disparue. L’inventaire de ces espèces disparues sous l’anthropocène figure dans une liste rouge publiée par l’UICN (iucnredlist.org)

7.12.19 – 26.1.20

„Sammlung Ketterer-Ertle RELOADED“

Installation

7.12.2019, 17:00

Vernissage: « Sammlung Ketterer-Ertle RELOADED »

BEER-OPENING – « KL HAUS SPEZIALBIER »

editée & brassée by HAUS AM GERN & PRIVATE GRIMM BRAUEREI 

Le maître brasseur Daniel Grimm a déjà assuré la pureté de l’espace non-historique de Leipzig. Le 26.10.2019, il a brassé avec Haus am Gern dans la KlHaus quelques bouteilles exclusives de jus d’orge de qualité supérieure selon les exigences de pureté biennoises, qui seront stockées jusqu’au 7.12.2019 et bues à 18h30.

19.10.-5.12.2019

SOMETHING FROM HONG KONG par Cheung Tsz Hin et Ling Pui Sze

Les artistes voyagent dans le monde entier et sont donc en lien entre eux. Les chemins des deux artistes hongkongais Cheung Tsz Hin (*1987) et Ling Pui Sze (*1989) et des deux artistes biennoises Susanne Walther et Barbara Meyer Cesta se sont croisés en Islande.  À l’occasion d’un séjour en Europe, Cheung Tsz Hin et Ling Pui Sze interviendront au KlHaus – les obstacles de la distance et du temps sont ainsi surmontés l’espace d’un instant. La critique d’art Alice Henkes discutera avec les deux invités de la façon dont les artistes de Hong Kong se positionnent face aux événements actuels.

21.9.-18.10.2019

 SLEEP CYCLE, analoge s/w Fotografie, div. Dimensionen

«Sleep Cycle» nennt sich eine App, die – einmal auf dem Smartphone installiert – von der Matratze aus den Schlaf überwacht und analysiert. Die App verspricht, das Beste aus dem Schlaf herauszuholen, damit der Schläfer oder die Schläferin den stressigen Alltag noch besser bewältigt und verkraftet – die Selbstoptimierung und Competition macht nun auch vor dem wohl einzigen Zustand nicht mehr Halt, in dem wir gar nicht mehr «bei uns selber sind», sondern anderswo, im Schlaf nämlich, beim «kleinen Bruder des Todes». Keinerlei Selbstoptimierung betreibt hingegen Wojciech Niedzielko, wenn er die analoge Kamera auf sein  Bett richtet, den Verschluss öffnet und sich schlafen legt. Die Kamera zeichnet während der ganzen Nacht auf, was sich vor ihrer Linse abspielt. Das ist nicht viel und ist doch «das halbe Leben», das wir ja bezeichnenderweise schlafend verbringen. Diese schlafenden Selbstportraits von Wojciech Niedzielko transportieren eine unendliche Melancholie und Trauer über die «verschlafenen» Möglichkeiten und die Unmöglichkeiten, dieses Leben noch einmal nachzuholen. Auf dem Blog von Wojciech Niedzielko (http://wojtekniedzielko.blogspot.com) findet sich unter vielen anderen Bildern ein Foto mit dem Titel «Dziadek Stanisław». Es zeigt ebendiesen Grossvater Stanisław aufgebahrt auf dem Totenbett, und ein paar Klicks weiter ein Bild, das den Heustock in der Scheune seines Grossvaters zeigt mit der Legende: «Ich möchte gerne noch einmal eine Nacht im Heu in der Scheune meines Grossvaters verbringen. Trauer». Die polnische Sprache macht übrigens keinen Unterschied zwischen den Wörtern Schlaf und Traum.

Wojciech Niedzielko, polnischer visueller Künstler, *1959 in Ełk, gründete 1999 zusammen mit Igor Krenz die «Grupa Usługi Fotograficzne (Photo Service Group)». Seit 2001 Mitglied der Video- und Performance Gruppe «Azorro». Er lebt und arbeitet in Warschau.

18.8.2019

« MARIAGE »
de CYNDIE & RAPHAËL

La vraie vie s’installe: Cyndie et Raphaël se marient au KlHaus!
Le décor est constitué d’une installation végétale des mariés: Sous le toit de la KlHaus, ils accrochent des plantes à sécher, qui seront disponibles comme souvenirs à la KlHaus à l’automne.

TOUS ceux qui veulent être là quand une nouvelle histoire commence au KlHaus sont invités au mariage.

PROGRAMM/E

ab/dès
14:00h Apéro, Buffet*
15:00h Cérémonie**
15:30h Musique***

permanent: Installation végétale****

* LE MENU :
• Apéro, Buffet par Batavia Epicerie Moderne
• Leipziger Allerlei & Leipziger Lerchen
interprété par maître cuisinier Rolf Bähler
• Gelati fait maison par EYE SCREAM

** CÉRÉMONIE performative
interprété par maître de cérémonie Rudolf Steiner

*** INSTALLATION végétale  jusqu’au sèchage final

**** DJ set par Dany Digler

VOTRE CADEAU DE MARIAGE: veuillez prêter attention à la COLLECTE
pour soutenir les intervenants de l’événement
IHR HOCHZEITSGESCHENK: bitte beachten Sie die KOLLEKTE
zur Unterstützung der Festbeiträge

24.7.-16.8.2019 

« THE FRIENDLY HERMIT » 
a sound installation by MR. SCHÜTZ

Ce que vous entendez:
8 longues boucles, enregistrées au cours des derniers mois, avec violoncelle acoustique ou électrique (pour la plupart) préparé. Une courte interruption entre chaque boucle: quelques sons singuliers, un poème de Robert Walser du recueil des premiers poèmes, „Au Bureau“, publié en 1909, que j’ai enregistré en français; un petit salut à la Robert-Walser-Sculpture >>

17.6.-23.6.2019

Le temps d’une semaine, l’écrivain Antoine Rubin a pris ses quartiers dans la KlHaus. Apportant le strict minimum, il développe une réflexion autour de la vie dehors avec un toit au-dessus de la tête. Le temps passé sur place se traduit en journal qu’il augmente au fur et à mesure des jours avant de le restituer à la ville.

Les textes seront à disposition pour une lecture au KlHaus jusqu’à la mi-juillet.

PREKARIA – une opéra vidéo de Studio Prekär

Marie-Luise Lange & Jeroen Singer
Installation vidéo 3-canaux, env. 3h

Ouverture le 10.5.2019, 18h

Durée de l’exposition jusqu’au 16 juin 2019, Finissage à 17h

Comment une idée du passé se manifeste-t-elle dans le présent? L’installation vidéo PREKARIA examine la dichotomie et le mutisme qui accompagnent la transformation d’un système social. Des images déformées, des fragments et des lambeaux de conversations, de gestes et d’impressions émotionnelles s’entremêlent avec des chants choraux abstraits et des chants d’opéra improvisés. Le matériel documentaire est interprété de multiples façons et fait l’objet d’une transformation efficace. L’objectif du travail n’est pas la recherche de la vérité, mais la tentative de rendre une expérience tangible. Cela ne signifie pas seulement l’expérience des autres, mais aussi la difficulté de réarranger l’image déformée de l’histoire en soi-même.

Catalogue avec DVD by Edition Haus am Gern

supported by videocompany.ch

PRECISION AND RECALL
Hartmut Abendschein
Suchbewegung in der Ordnung der Dinge
16.3.-13.4.2019, Finissage 13.4.2019, 17:00

14.4.2019, 17:00 @ KlHaus:

DER GESCHICHTSFREIE RAUM UND DER APFELBAUM
Eine botanisch architektonische Fabel by Helmut Dick, vorgetragen von Helmut Dick und Vera Trachsel.

Im gesunden Hier und Jetzt haben Apfelbäume möglicherweise, und Räume ganz sicher kein Bewusstsein. In einem der unzähligen, nirwanischen Subräume allerdings – die zueinanderkommend zu einer Art Brummton verschmelzen – ist nicht nur jede erdenkliche und noch nicht gedachte Konstellation vorstellbar, sondern geradezu logisch: Bäume und Räume wissen wer sie sind und sprechen … sogar miteinander.

Der Geschichtsfreie Raum und der Apfelbaum @ Leipzig, 30.5.2016

La réalisation de KlHaus a été rendue possible grâce aux contributions bénévoles d’un grand nombre d’entreprises et d’hautes écoles.

Un grand merci à:

BFH, Höhere Fachschule Holz Biel/Bienne