1970-01-01T00:00:00+00:00
Lade Événements

Maija Luutonen

27.1.-31.3.2019

Maija Luutonen (*1978, FI) exécute principalement ses peintures grands formats aux couleurs vives sur papier, qu’elle choisit pour son adaptabilité à toutes sortes d’expérimentations ainsi que pour la nature immatérielle des espaces «négatifs» blancs qui apparaissent à sa surface. Tirant profit de la qualité transitoire de ce matériau, elle analyse la relation entre temps et mouvement, et traite ses œuvres comme un ensemble d’images en constante interaction plutôt que comme des objets accomplis et autonomes. Cette apparence inachevée est soulignée par la présentation de ses travaux tantôt appuyés contre le mur, empilés, pliés ou encore placés contre une porte ou contre une fenêtre. Réunissant couleur et lumière, en référence aussi bien à l’environnement construit qu’à la nature, Luutonen explore la possibilité de créer l’illusion d’une immersion spatiale à travers une surface plane. Elle conserve des éléments dérangeants ou laissés en suspens dans ses peintures, lesquelles restent néanmoins fascinantes et dynamiques.

L’exposition se compose de trois groupes d’œuvres: un premier ensemble de peintures réalisées en 2016, la série intitulée Patch montrée en 2018 au Museum of Contemporary Art Kiasma / The Finnish National Gallery d’Helsinki et plusieurs nouvelles œuvres produites par l’artiste spécialement pour l’exposition au Centre d’art Pasquart. Les peintures exécutées en 2016 illustrent la manière dont Luutonen traite simultanément bidimensionnalité et spatialité, ainsi que sa réflexion sur la notion de représentation. À cette époque, son exploration s’étend déjà à la surface du papier que l’artiste traite parfois comme un relief, ses traits faisant émerger des saillies au verso du médium. Dans ce corpus, elle se focalise sur l’oscillation entre anxiété et extase dans une ère faite d’informations constantes, ainsi que sur des sujets cryptés, un climat étrange et une potentielle apocalypse. Le papier lui-même devient aussi progressivement un sujet de plus en plus significatif de son œuvre. Il s’insère dans l’espace tel une toile de fond ou s’enroule sur lui-même depuis le bas comme un parchemin confidentiel. En explorant la spatialité à travers un médium initialement plat, l’artiste interroge dans ses peintures de 2016 la notion d’espaces en apparence clos, ou de pièces où nous vivons, d’où nous observons le monde extérieur et où matérialité et numérique semblent se confondre de plus en plus, ou encore dans lesquels l’art est exposé. Dans ces œuvres, la surface devient un réservoir de récits et de pensées, et la salle d’exposition une scène dédiée à la fois au repli et à l’émergence.

Dans la série Patch, Maija Luutonen repousse les limites de la peinture traditionnelle afin de créer une impression d’espace à travers la couleur, la lumière et divers médias qu’elle expérimente. Elle combine ici ses techniques picturales à l’impression, au traitement numérique et à l’appropriation d’images. Cela lui permet de développer un procédé différent fait de raccourcis, d’erreurs et d’essais avant de parvenir à une forme plus concise et précise de son idée originale. La série Patch rend encore plus manifeste l’exploitation éblouissante dans son œuvre des qualités visuelles et sensorielles des matériaux et des surfaces. C’est à la même période que l’artiste se met à expérimenter de nouvelles manières non conventionnelles de présenter ses œuvres dans l’espace d’exposition.

Les nouvelles peintures réalisées dans la seconde moitié de l’année 2018 explorent notre champ de vision et examinent ce qui se passe à la limite de cette zone. Elles englobent aussi bien la notion de perception corporelle que la vue et les yeux de manière plus générale. Évoquant le symptôme de «mouches volantes» qui peut se produire sur la rétine et qui donne l’impression de voir des lignes troubles, des zones d’ombre floues ou encore des formes d’insectes, Luutonen réalise des œuvres qui «voient double», qui semblent faites de particules flottantes ou sur lesquelles on aurait oublié de faire la mise au point. Alors que ceci constitue le champ psychologique et esthétique des recherches actuelles de l’artiste, les images ou les sujets qui émergent de ses peintures abordent des thèmes tels que la répétition, les mots, l’ennui, la fatigue, les loisirs et la méditation. Les plus grands tableaux présentent des espaces pouvant être lus comme intérieurs ou extérieurs, construits par l’homme ou comme des espaces intermédiaires. Les plus petites œuvres sont comme des notes personnelles dans un journal rappelant des plans serrés et des moments fugaces.

L’exposition Patch au Centre d’art Pasquart constitue la première présentation de l’œuvre de Maija Luutonen en Suisse. L’exposition a été réalisée en collaboration avec le Museum of Contemporary Art Kiasma / The Finnish National Gallery à Helsinki. Le groupe d’œuvres Patch (2018) est le premier d’une série de nouveaux travaux d’artistes émergents vivant et travaillant en Finlande, commandés par Kiasma Commission by Kordelin. Le Museum of Contemporary Art Kiasma à Helsinki est à l’origine de cette initiative, avec l’aimable soutien de la Fondation Alfred Kordeli, Helsinki.

Maija Luutonen a étudié à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et à la Finnish Academy of Fine Art. Elle vit et travaille à Helsinki. Elle a réalisé des expositions personnelles en Finlande, au Danemark et en Lettonie. Cette présentation au Centre d’art Pasquart est sa plus importante exposition personnelle à ce jour.

Commissaire de l’exposition

Felicity Lunn, directrice du Centre d’art Pasquart

Visites guidées

Je 28.2.2019, 18:00   (fr)    Valentine Yerly, médiatrice culturelle

Je 7.3.2019, 18:00     (dt)   Felicity Lunn, directrice Centre d’art Pasquart