Lade Événements
  • Cet Événement est passé
IRWIN, Like to Like / Mount Triglav, 2004, re-enactment auf der Grundlage des Fotos der Aktion der Gruppe / reconstitution de l’action basée sur une photographie du collectif OHO (Milenko Matanović), Mount Triglav, 1968, Farbfotografie / photographie en couleur, 168 × 199,5 cm. Foto / Photo: Tomaž Gregorič, Produktion / production: Cornerhouse, Courtesy Galerija Gregor Podnar

IRWIN

How to Read a Map

22.9.-19.11.2017

Derrière le nom IRWIN se cache un collectif de cinq artistes slovènes, qui, depuis 1983, ont réalisé de nombreuses collaborations innovantes, autant au sein qu’à l’extérieur du groupe. How to Read a Map est le quatrième et dernier volet d’un projet transnational dans lequel divers aspects de leur travail sont mis en valeur, notamment une grande variété de médiums incluant la photographie, la vidéo, l’installation, les interventions dans l’espace public, la peinture et les publications. Dès le commencement, IRWIN s’intéresse aux formes de représentation de l’art et de l’idéologie ainsi qu’à leurs relations et interactions. Sa manière de travailler exige que chaque membre du groupe conserve son propre mode d’expression artistique, tout en demeurant ouvert à la coopération avec d’autre artistes comme Marina Abramović, Andres Serrano, Joseph Beuys ou encore le collectif interdisciplinaire Neue Slowenische Kunst, abrégé NSK, formé en 1984. Collaboration et échange sont les piliers de ces deux collectifs, qui se sont positionnés, à l’époque, sur la scène politique et culturelle de l’ex-république fédérale socialiste de Yougoslavie. Leurs œuvres reposent sur l’analyse implacable et l’appropriation ciblée d’icônes ainsi que de symboles politiques ou religieux. Ils mettent en cause leurs volontés d’absolutisme de manière provocatrice et ironique et démantèlent leurs stratégies de propagande en examinant notamment les sens cachés et l’efficacité des images et signes tout comme le système social qui leur est lié.

Après l’effondrement du bloc de l’Est et la dislocation sanglante de la Yougoslavie, le collectif Neue Slowenische Kunst se transforme pour devenir le NSK State in Time: un Etat utopique, ni basé sur des frontières, ni sur une territoire. Chacun peut y adhérer par l’obtention d’un pass, pour la simple et bonne raison que le but de cet Etat est de remettre en question les coordonnées géographiques des nations, les identités et les frontières. Depuis, le NSK State in Time compte 15’000 adhérents à travers le monde et se manifeste régulièrement au moyen d’actions artistiques variées. En font partie les ambassades et consulats temporaires qui ont pris place dans de nombreuses villes telles que Moscou, New York et Berlin et dont l’un d’eux sera aussi ouvert au Centre d’art Pasquart. Les débuts du NSK State Pavillon à la Biennale de Venise 2017 ont sans doute été jusqu’à maintenant le point culminant de ce projet.

Un point essentiel de la pratique artistique d’IRWIN, qui s’étend désormais sur des décennies, est la contestation de la manière d’écrire et d’étudier l’histoire l’art, dans la mesure où celle-ci est également le produit d’une pensée teintée d’idéologie. À l’aube du 21e siècle, IRWIN a commencé à sonder l’histoire de l’art est-européenne au moyen d’East Art Map: dans le cadre d’une vaste publication et d’une site internet interactif, l’art est-européen, largement ignoré par l’Ouest jusqu’en 1992, était systématiquement (re)construit, en partant de 1945, et mis en contexte. Il est évident qu’en faisant cela, la manière de percevoir l’historiographie de l’art d’Europe de l’Ouest devait aussi être revue. L’initiative d’IRWIN d’organiser le premier pavillon non-national à la Biennale de Venise 2017 était un nouveau jalon de leur critique visant les idéologies véhiculées par les institutions garantes du savoir.

How to Read a Map donne un aperçu des recherches d’IRWIN sur la manière dont les évolutions géopolitiques se reflètent dans l’écriture de l’histoire de l’art et démontre l’humour grinçant du collectif envers les structure de pouvoir du monde de l’art. En 2009, IRWIN est venu pour la première fois à Bienne dans le cadre d’Utopics, 11e Exposition Suisse de Sculpture pour y présenter Outlook: Words from Africa, une installation dans l’espace public qui comprenait une riche collection d’e-mails, dans lesquels des résidents du continent africain avaient contacté le NSK State in Time, et qui traitait de la question de la migration et de ses causes.

IRWIN revient aujourd’hui en ville de Bienne avec une importante exposition au Centre d’art Pasquart qui accueille la quatrième et dernière partie d’un cycle d’expositions, en coopération avec la Galleria Civica di Modena, la Kunsthalle Osnabrück et le Łaźnia Centre for Contemporary Art Danzig.

www.follow-irwin.net

Commissariat d’exposition

Julia Draganović et Claudia Löffelholz, LaRete Art Projects

Publication

Une publication, sous la forme d’un « glossaire IRWIN » amusant, éditée par les commissaires d’exposition, paraît aux éditions Verlag für moderne Kunst (DT / FR).


Visites guidées

Je 19.10.2017, 18:00  (fr)             Marine Englert, historienne de l’art

Je 9.11.2017, 18:00    (dt)            Felicity Lunn, Direktorin Kunsthaus Pasquart

Entretien avec les artistes

Ve 22.9.2017, 18:00 (dt / eng)       IRWIN s’entretient avec Julia Draganović et Claudia Löffelholz


Conférence de presse: Vendredi, 15.9.2017, 10:30

Vernissage: Jeudi, 21.9.2017, 19:00

Vernissage des enfants: Jeudi, 21.9.2017, 18:00-19:30


Télécharger le carton d’invitation: IRWIN_A5_low