1970-01-01T00:00:00+00:00
Lade Événements

Florian Graf

27.1.-31.3.2019

Florian Graf (*1980, CH) met en lumière dans son travail artistique les thèmes de l’architecture et de l’architecture du paysage, étudiant ainsi les effets psychologiques et émotionnels que produisent les espaces. À travers la sculpture, l’installation, le dessin, la vidéo ou encore la photographie, il crée des instants de densité poétique qui floutent la frontière entre réalité et représentation. Florian Graf présente dans le jardin du Centre d’art trois sculptures en béton, chacune composée des trois mêmes formes élémentaires. Un cercle, un «L» et une figure dentelée sont également repris dans ses modèles en céramiques, ses travaux photographiques ou ses séries de dessins. Disposées de manière variée, ces formes se distinguent les unes des autres en terme de qualité matérielle, d’échelle et de scénographie et évoquent les réflexions de l’artiste autour de nouvelles structures sociales modulables. Par la combinaison de ces trois formes simples, Graf crée finalement des sculptures géantes en aluminium mises en scène de manière spectaculaire dans la Salle Poma. Les autres salles d’exposition sont transformées par l’artiste en espaces domestiques afin d’y projeter aux côtés d’autres œuvres ses films à l’allure documentaire. Graf s’y parodie lui-même en endossant le rôle de son alter ego, l’artiste-performateur Graphenheim. Entre logique conceptuelle, force visionnaire et humour subtil, Florian Graf explore l’appropriation de divers corps, rôles et logements et crée des structures vivantes mêlant imagination, matérialité et temporalité.

Dans son exposition personnelle la plus complète à ce jour, Florian Graf accorde une place centrale à ses livres de dessin (1988-2018) et nous donne ainsi un aperçu de sa pensée artistique. Situés entre l’idée et l’œuvre, ces livres ont une signification particulière, car ils servent de support explicatif autant pour ses œuvres que pour sa posture d’artiste. Leur contenu va de l’esquisse de sculptures à l’expérimentation conceptuelle. Entre observation et imagination, ils se réfèrent avec un sérieux ludique à la transformation possible des structures sociétales et nous encouragent à appréhender le monde avec un regard interrogateur.

Florian Graf conçoit également les œuvres du groupe Bio Diversity (2018) comme des structures modulables. Existant dans différentes dimensions et matériaux, ces œuvres se composent toujours d’un cercle, d’un « L » et d’une forme dentelée. Installées sur l’herbe devant le Centre d’art, les sculptures en béton évoquent de petits bâtiments dont les ouvertures laissent supposer une vie intérieure. L’artiste réalise à partir de celles-ci des variations en bois et à taille humaine. Se rapprochant d’une forme humaine, ces dernières semblent presque entrer en confrontation avec nous. Dans la Salle Poma, Florian Graf renforce la présence des trois œuvres de grand format par le biais de leur matérialité – elles sont en aluminium – et leur positionnement asymétrique dans l’espace. De trois couleurs différentes, elles évoquent, de par leur emplacement sur une base organique, un jeu entre artificialité et nature. Graf illustre encore cette versatilité du modèle dans un triptyque en céramique. Toutefois, le modèle n’a pas pour fonction de suppléer l’original. Il s’agit plutôt d’une œuvre autonome qui, en dialogue avec ses grands frères et sœurs, peut être à la fois l’ébauche d’un futur prototype et un objet d’étude en soi. On découvre également une ambivalence dans les photographies, les dessins et les textes de l’artiste qui reprennent ces trois mêmes formes de base de multiples façons et dans des contextes variés. Enfin, à travers des aspects liés à la présentation, la matérialité ou la réception, Bio Diversity examine le potentiel d’un corps architectural modulaire et devient ainsi le fil rouge de l’exposition.

Dans ses vidéos autour du personnage fictif d’Olf Graphenheim, Florian Graf montre que le corps humain peut aussi être considéré comme un réservoir d’identités et d’émotions. Interprété par l’artiste lui-même, Graphenheim apparaît dans les vidéos Air (2010) ou Animistic (2015) comme un personnage troublant qui crée des œuvres ayant un impact mondial. L’humour plein d’esprit que révèlent ces vidéos imprègne subtilement l’ensemble de l’œuvre de Florian Graf et lui confère malice et finesse. Des caractéristiques qui sont également perceptibles dans la photographie Transfixed (2011). On y voit un clou coincé dans un marteau. On se demande alors intuitivement comment cela est possible, oubliant que le clou aurait pu être enfoncé dans le manche en bois avec un autre marteau. Door in Gray (2018) thématise quant à elle la relation entre image et objet, et transforme ainsi l’idée en réalité. Si l’on regarde cette œuvre encadrée avec une certaine distance, elle ressemble à une photographie. Ce n’est que lorsqu’on s’en approche qu’on réalise qu’il s’agit en fait véritablement d’une porte encadrée. En tant que spectateurs, nous devenons, par le biais de notre mouvement et de notre position vis-à-vis de l’œuvre, partie intégrante de celle-ci.

Au-delà des questions liées à la contemplation de l’art, Florian Graf crée avec cette exposition un lieu où le contexte muséal lui-même se voit interrogé. Lorsque l’artiste installe un espace domestique avec des meubles autour des œuvres, il en résulte un environnement presque douillet qui nous encourage à nous attarder et nous fait pratiquement oublier que nous sommes dans un lieu d’exposition. Il promeut ainsi une nouvelle perspective sur l’art et démontre que l’idée de versatilité peut prendre des sens multiples.

Après des études d’architecture à l’EPF de Zurich, Florian Graf a étudié les beaux-arts à la Royal Drawing School de Londres, au Edinburgh College of Art et à la School of the Art Institute de Chicago. Il vit et travaille à Bâle. Il a réalisé de nombreuses expositions personnelles, notamment à l’Abbatiale de Bellelay (2011), au Zeppelin Museum de Friedrichshafen (2012) et à la Kunst Halle de Saint-Gall (2015). Il a notamment reçu les prix et récompenses suivants: Cahier d’Artistes (2010), résident de la Sommerakademie im Zentrum Paul Klee (2012), Swiss Art Award (2013) et résident de la Künstlerhaus Schloss Balmoral (2018). Cette présentation au Centre d’art Pasquart est sa plus importante exposition personnelle à ce jour.

Commissaire de l’exposition

Felicity Lunn, directrice Centre d’art Pasquart

Visites guidées

Je 28.2.2019, 18:00   (fr)    Valentine Yerly, médiatrice culturelle

Je 7.3.2019, 18:00     (dt)   Felicity Lunn, directrice Centre d’art Pasquart

Entretien avec l’artiste

Je 21.3.2019, 18:00    (dt)   Florian Graf s’entretient avec Felicity Lunn.