Architecture 2017-01-18T15:35:18+00:00

La structure du nouveau bâtiment est visible de l’extérieur : rez-de-chaussée vitré, lumière latérale au premier (Galeries) et éclairage zénithal à l’étage supérieur (Salle Poma). © Photo : Gaston Wicky

Le nouveau bâtiment affirme son autonomie à côté de l’ancien édifice, tout en s’inscrivant dans son prolongement. © Photo : Gaston Wicky

L’éclairage zénithal de la haute Salle Poma confère à ses 365 m2 une lumière harmonieuse.
Oeuvres, de gauche à droite : Mario Reis, Chantal Michel, hermann de vries, Ueli Berger. © Photo : Gaston Wicky

La Galerie du fond. Les fenêtres sont placées en diagonale sur les murs opposés.
Oeuvres : à gauche : Manon, à droite : Gérald Minkoff et Muriel Olesen. © Photo : Gaston Wicky

Au nord, un espace sépare le Centre Pasquart de la pente rocheuse et des bâtiments situés à l’arrière. Plus on monte, plus la surface au sol s’agrandit. Le dernier étage est en porte-à-faux. © Photo : Gaston Wicky

Architecture

Le Centre d’art Pasquart ouvre ses portes en 1990 dans l’ancien hôpital de la ville de Bienne dans le but d’encourager la création artistique contemporaine.

Le bâtiment du Centre Pasquart s’articule en trois parties. Le corps central est construit en 1866 : il s’agit du premier hôpital de Bienne. Le style classicisant de cette partie de l’édifice témoigne de son histoire avant le Centre d’art. En 1955 une aile ouest lui est ajoutée. Celle-ci abrite alors une résidence pour personnes âgées tandis qu’elle est aujourd’hui occupée, entre autres, par des ateliers d’artistes et une galerie d’art. C’est en 1990 que le Centre d’art Pasquart s’installe dans le bâtiment central. 10 ans plus tard, l’édifice est rénové et agrandi. Gagnant du concours lancé à cette occasion, le bureau d’architectes bâlois Diener&Diener est chargé de la rénovation de l’ancien hôpital et de la conception de l’annexe située à l’est du bâtiment.

La nouvelle aile est judicieusement reliée à l’édifice d’origine par la cage d’escalier préexistante. Elle est composée de trois étages, contrairement à l’ancien bâtiment qui en comporte quatre. Dans l’entrée, la longue baie vitrée permet de garder un contact visuel avec le Jura, auquel tout le bâtiment est accolé. Le premier étage est divisé en trois espaces longitudinaux traversés par un passage central (les Galeries), où les fenêtres donnent un rythme régulier à la progression des visiteurs. Le deuxième étage (la salle Poma, du nom du donateur dont la générosité a permis la réalisation de l’annexe) possède un éclairage zénithal, dont la régularité harmonieuse confère calme et sérénité à ce large espace de 365 m2 et haut de 5 m 80.

Dans la salle Poma, les artistes bénéficient de conditions d’exposition pratiquement sans contraintes.

Le bureau Diener&Diener a reçu le prix culturel bernois ATU (architecture, technique et environnement) en 2000.